Petits pas et bonds de géant

Notre énergie depuis environ deux ans est tournée vers le projet de construction de la "maison des mamans" à Boni, lieu d'accueil des femmes enceintes pour tenter de réduire la mortalité maternelle (dont le taux est presque 100 fois plus élevé qu'ici). Rappelons qu'il s'agit d'un projet "pilote" car inexistant au Mali.

La construction à proprement parlée est terminée !

Il reste évidemment encore beaucoup à faire : les peintures intérieures et extérieures, l'installation des panneaux photovoltaïques, la finition du grenier où seront entreposés les stocks de nourriture, la construction d'un petit abri dans la cour pour les visiteurs. Quelques arbres aussi seront plantés pour apporter un peu d'ombre. Puis il faudra équiper la maison, faite pour recevoir une quinzaine de personnes : lits, tables, chaises, matériel de cuisine...

Pour tout cela le budget est estimé à environ 5000 €.

Nous pouvons espérer un début de fonctionnement fin 2017 ou au tout début 2018. Les femmes seront accueillies gratuitement (logement et nourriture) sur des durées n'excédant pas 15 jours, ce qui est probablement déjà beaucoup car des expériences similaires au Maroc montrent des durées moyennes de séjour de 3 jours.

Le personnel de la "maison des mamans" sera constitué

- d'une accueillante formée au dépistage des facteurs de risque de mortalité maternelle (âge, taille, notion de mutilations génitales, etc.) et des premiers signes pouvant annoncer une complication (fièvre, saignements, douleurs). Elle sera en lien avec la sage-femme et les matrones du Centre de Santé Communautaire (CSCOM) situé à proximité.

- d'une "gestionnaire" pour l'organisation pratique de la maison

- d'un gardien
Le budget de fonctionnement annuel est estimé entre 5000 et 6000 €.

Nous avons proposé à la Mairie de Boni d'assurer la totalité du budget de fonctionnement pour la première année puis de nous désengager progressivement d'un tiers les deux années suivantes, charge à la Mairie de trouver les financements pour pérenniser le projet... Ce qui n'est pas évident car la situation géo-politique reste catastrophique dans cette région avec un retentissement social dans le sens d'un appauvrissement encore plus important (entre autre parce-que les déplacements sont plus limités car plus dangereux donc les prix des denrées augmentent, et les sources de revenus en allant saisonnièrement dans les villes diminuent...).

Hormis la "maison des mamans", nous continuons à soutenir le village de Koyo sur des besoins plus spécifiques comme la fournitures de médicaments anti-paludéens (c'est la haute saison du paludisme en raison des quelques pluies). Nous allons également financer les études d'aide-soignant de Mana Guindo qui prendra ensuite progressivement la relève de son père Alabouri qui a presque 70 ans et qui a accompli un travail gigantesque pour le village depuis 2004. Alabouri commence légitimement à être fatigué...

Nous allons aussi financer à 50% les études d'infirmier (3 ans de formation) du fils de Djeneba Dicko, 3ème adjointe au Maire de Boni.

Un grand merci encore pour votre solidarité

Alabouri, que j'ai eu hier au téléphone, me demande de vous transmettre les remerciements et les salutations "de tout le village" .

Dr Pierre Lamache


Camille Lamache